Scanette, n. f.

La grande distribution (aux logos orange pour les principaux en Suisse) est, elle aussi, pourvoyeuse de néologismes: la pratique consistant à faire travailler le client qui trouve amusant de lire lui-même les codes à barres des articles qu’il met dans son chariot ne serait pas possible pas sans une scanette (ou scannette). Merci à Migros et aux autres pour ce mot rigolo, ainsi que pour Subito (Migros) ou Passabene (Coop), les noms des systèmes permettant ladite pratique : ici, l’anglais n’a pas voix au chapitre. Et le français, alors?

(Défense du français, N° 615, décembre 2017)  

Retrouvez ce mot parmi quelque 600 autres, bizarres, incongrus, fautifs ou joyeux…

Faites découvrir vos surprises à vos amis… ou pas !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Scanette, n. f.

  1. nomubale dit :

    Bonjour,
    En ce qui concerne « scanette, n. f. » (ou « scannette »), je me hasarde à soumettre ce qui suit à votre esprit critique:
    Point 1. Orthographe
    Pourquoi une seule « n » pour, paradoxalement, compliquer les choses?
    En d’autres termes, pourquoi ne pas avoir maintenu le doublement de la lettre « n » par analogie au terme de FranceTerme « scannage à domicile » en tant qu’équivalent de « home scanning »? Pourquoi ne pas instituer systématiquement « scannette » pour l’orthographe?
    Point 2. Source terminologique
    Pour des raisons qui me semble évidentes au regard de la connotation en grande distribution, on ne pouvait, et ne peut pas, instituer « balayette », qui serait dérivé de « balayage », terme normalisé par CSA International/Canadian Standards Organisation en tant qu’équivalent de « scanning ».
    Point 3. Alternative possible
    On aurait pu (sauf anachronisme au regard de la date de création de la fiche de Défense du français n° 165 de décembre 2017) se baser sur le terme du fonds francophone « lecture », institué en tant qu’équivalent de « scanning » par, d’une part, le Comité de la terminologie de la sécurité du Canada et, d’autre part, par l’APFA association Actions pour promouvoir le français des affaires dans son lexique, pour créer le lexème dérivé « lecturette ».
    Point 4. Ma proposition:
    – soit introduire « lecturette »,
    – soit, au minimum, supprimer le lexème ne contenant qu’une seule fois la lettre « n » pour ne retenir comme lexème institué que « scannette » (les termes, présents dans certains dictionnaires unilingues du français, que sont « scanner » [appareil] et « scanner » [verbe transitif] sont, eux aussi, écrits avec deux « n »; alors, pourquoi troubler les esprits en maintenant les deux possibilités orthographiques « scanette » et « scannette »?).

Laisser un commentaire