Samuel Paty, victime aussi de la haine en ligne

Source : The Conversation

Après la tragédie de Conflans Sainte-Honorine, les patrons des filiales françaises de Twitter, Facebook ou Google, mais aussi Instagram, Tiktok, Snapchat ont été reçus mardi 20 octobre par Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté. Le professeur Samuel Paty, avant d’être décapité aura été victime d’un véritable lynchage public, parfaitement orchestré par les milieux islamistes. L’exigence d’accentuer la lutte contre les discours haineux, les infox et les faux comptes, a montré ses limites. Comment venir à bout de la haine en ligne ? Il faut s’attaquer à l’opacité des algorithmes et aux relations économiques spécifiques à cet écosystème, dit the Conversation.

Lire la suite…

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire