La presse romande vue de l’étranger

La journaliste Caroline Iberg dresse un tableau sombre de la presse romande, sur le site du magazine eurocitoyen « Le Taurillon ». Il fait bon vivre pour les journalistes en Suisse…alémanique, dit-elle. Pour le reste, c’est la crise, dont la cause principale « est le rachat en 2007 du groupe de presse suisse francophone Edipresse par le géant alémanique Tamedia, aujourd’hui TX Group, qui a précipité la chute du paysage médiatique romand. Pas de pitié pour les titres francophones qui ne sont pas rentables. Licenciements et remaniements ont été le lot des journaux romands ces dernières années ».

Lire la suite…

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire