Christiane Taubira a illuminé le Dies academicus de Genève

«Nous avons à nous battre pour transmettre un monde habitable. En face des injustices de la mondialisation, de sa brutalité, de ses progrès inégaux, il n’y a qu’une réponse, la mondialité, qui ne doit ignorer aucun endroit au monde». L’ancienne ministre, femme de conviction, de combat et d’engagement, écrivaine aussi, amoureuse des belles lettres, bercée de littérature depuis sa tendre enfance à illuminé la journée du Diès à l’Université de Genève. Verra-t-on son retour, un jour, sur la scène politique ? Sans doute. Mon article sur sa présence à Genève cette année.

Lire la suite…

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire