Grâce au soutien de l'OIF, Francophonie et Francophonu ne forment plus qu'un seul site internet!
francophonie francophonue

Nations Unies

29 juin 2012 (observateur) - Pour un statut d'Observateur de l'OIF à l'OMC.

La Francophonie demeure très attachée au statut d’observateur qui lui avait été reconnu au niveau de la Conférence ministérielle de l'OMC. Abdou Diouf le Secrétaire général de l'organisation international de la Francophonie (OIF) l'a martelé dans une lettre adressée aux États - membres de l'organisation francophone, à l'occasion de la dernière Ministérielle de l'OMC au mois de décembre dernier. Retour sur un enjeu important qui marquera le futur.

 

GENEVE- L'OIF «n’a jamais relâché son effort pour obtenir un statut d’observateur plein et entier, lui permettant de mener son travail de plaidoyer et de dialogue au sein même des organes et des services de l’OMC», écrit Abdou Diouf alors que son organisation, comme les autres Organisations internationales intergouvernementales n'ont pas été pas accueillies comme observateurs à la 8ème conférence ministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

 

A l'instar de soixante quatorze (74) autres organisations qui furent présentes lors de la 6ème Conférence à Hong Kong en 2005, puis de la 7ème à Genève en 2009, l’Organisation internationale de la Francophonie, n'a pu déposer «une Déclaration indiquant quels sont les éléments qui lui paraissent actuellement déterminants pour la suite des négociations commerciales multilatérales.». A cela ne tienne, le SG de l'OIF écrit alors aux représentants des pays francophones qui pouvaient ainsi s'inspirer de ses observations et propositions.

Adhésion des ministres francophones.

Une concertation ministérielle francophone s’est tenue le jeudi 15 décembre 2012 en marge de la 8ème Conférence ministérielle de l’OMC. Quarante pays membres et observateurs y ont pris part et ont échangé, à partir du message que leur a adressé le Secrétaire général ( Nb voir plus haut), sur les thèmes inscrits à l’ordre du jour de la conférence.

Les débats ont porté essentiellement sur les questions liées à la sécurité alimentaire, le renforcement des capacités tant en matière de négociation - en particulier à travers la poursuite du projet «Hub and Spokes» - que de production de biens, le rôle du commerce dans les pays les plus vulnérables, l’intégration régionale et le dossier du coton. Dans le message qu’il a adressé aux pays participants à cette concertation, le Secrétaire général a demandé de porter les idéaux et les propositions de la Francophonie lors des débats et à l’occasion de l’adoption des décisions.

Le Secrétaire général de la Francophonie, analyse un communiqué de la Mission permanente de l'OIF, à Genève, a mis un accent spécifique sur un accès privilégié des pays les moins avancés aux marchés, sans droit ni quota, sur une accession à l’OMC et sur un accès aux procédures de l’Organe de Règlement des Différends, facilités pour les pays les moins avancés, et enfin sur l’amélioration des mécanismes d’examen des politiques commerciales. Il a également accordé une mention particulière aux questions du Coton, du marché des services et de l’Aide au Commerce, ainsi qu’à la coopération et à l’intégration régionale.

La rencontre de Genève a été l’occasion de réaffirmer la nécessité de clore rapidement le Cycle de Développement de Doha, en prenant en compte la situation des pays les plus pauvres et les plus vulnérables, tout autant menacés par la crise économique que les pays riches.

Les participants ont par ailleurs manifesté leur soutien à un statut d’observateur plein et entier pour l’OIF au sein de l’OMC.

 

El Hadji Gorgui Wade NDOYE


 

©2013 siteweb.ch & c-active.ch