Grâce au soutien de l'OIF, Francophonie et Francophonu ne forment plus qu'un seul site internet!
francophonie francophonue

Revue de presse

30 janvier 2011 (observateur) - L’ONU sous l’œil du site «francophonu.org»



Le site Web de l’Association suisse des journalistes francophones est en service depuis quelques jours

Promesse tenue! En décembre dernier, le président de l’Association suisse des journalistes francophones, Daniel Favre, annonçait le lancement d’un site Internet pour surveiller l’usage du français dans les organisations onusiennes.



Lancée dans la foulée du sommet de Montreux sur la francophonie, l’idée a donc fait son chemin. La création du site a été confiée à Serisoftware, une société basée à Québec. Le nom de domaine retenu estfrancophonu. org. L’hébergement est assuré par une société suisse.

L’animation de cet espace virtuel dédié à la francophonie a été confiée à Gorgui Wade Ndoye, correspondant du quotidien sénégalaisWalfadjriet directeur de publication deContinentPremier. Chargé de veiller au bon usage du français à l’ONU, ce dernier prend sa tâche très au sérieux. «L’idée n’est pas de combattre l’anglais mais de respecter l’esprit et la lettre de l’ONU qui est la diversité», explique Gorgui Wade Ndoye.

Depuis quelques jours, les témoignages de soutien abondent. Le dessin de Mix et Remix qui habille la première page du site traduit l’état d’esprit de ses animateurs. Francophonu. orgva se faire un malin plaisir à mettre le doigt là où ça fait mal: les communiqués qui ne sont pas traduits en français, les conférences de presse en anglais… Gorgui Wade Ndoye a été choisi par ses pairs pour sa capacité à mettre les pieds dans le plat. «C’était le professionnel que nous recherchions pour lancer et faire vivre notre nouveau site. Afin de voir la place du français dans les organisations internationales, dont l’ONU, nous prônons une approche journalistique: récolter des anecdotes, des récits, des textes pas ou mal traduits… Organiser des débats, provoquer des réactions…» explique Daniel Favre.

«J’avoue que le fait de devoir se battre pour faire respecter l’usage du français sur les terres de Rousseau et de Voltaire est incongru», soupire Gorgui Wade Ndoye. Lequel appelle les francophones qui travaillent dans les agences onusiennes à «sortir de leur complexe d’infériorité». «Il faut qu’on revienne à un équilibre entre le français et l’anglais», termine-t-il.

ALAIN JOURDAN - TRIBUNE DE GENEVE

Lien de l'article: 

http://archives.tdg.ch/TG/TG/-/article-2011-01-598/promesse-tenue

 

 
 
©2013 siteweb.ch & c-active.ch