Grâce au soutien de l'OIF, Francophonie et Francophonu ne forment plus qu'un seul site internet!
francophonie francophonue

 Nations Unies

17 octobre 2011 (observateur) - KASSYM-JOMART TOKAYEV, Directeur général du Bureau des Nations Unies à Genève : « Mon obligation morale en tant que Directeur général de l’ONUG est également de promouvoir le français. »

Kassym-Jomart Tokayev a fait une déclaration très importante à UN Special, le magazine des fonctionnaires des Nations Unies. Premier représentant d’Asie centrale, du Kazakhstan, à avoir été nommé à un poste aussi prestigieux aux Nations Unies, le nouveau Dg de l’organisation onusienne comprend bien le soucis légitime et plus que légal de l’Association des journalistes francophones qui œuvre pour le respect de la langue française au sein des Nations Unies.

Le fait que vous parliez couramment de nombreuses langues des Nations Unies constitue-t-il un avantage ? (Le DG parle couramment le chinois, l’anglais et le russe.)

« Oui, c’est très utile. Mais, nous devons garder à l’esprit que, bien qu’il existe six langues officielles à l’ONU (l’anglais, le français, le chinois, le russe, l’espagnol et l’arabe), les deux langues de travail ici sont l’anglais et le français. Récemment, j’ai rencontré un groupe d’Ambassadeurs représentant la « Francophonie » et j’ai souligné l’importance de la promotion du français aux Nations Unies. C’est pourquoi j’améliore mon niveau en français en suivant des cours trois fois par semaine. J’ai la ferme intention de progresser rapidement avec le soutien de mes collègues et de Véronique, mon professeur. Mon obligation morale en tant que Directeur général de l’ONUG est également de promouvoir le français comme deuxième langue de travail à l’ONU dans une Genève francophone. »
Extrait de son interview accordée à Christian David et à Catherine Fiankang pour UN Special (UNSpecial N° 710 • Octobre 2011)

©2013 siteweb.ch & c-active.ch