Genève: Pierre Ruetschi nommé directeur du Club suisse de la presse

L’ancien rédacteur en chef de la Tribune de Genève prendra ses fonctions au 1er septembre. Il devra travailler au repositionnement du Club.

Pierre Ruetschi

Suite au départ annoncé de Guy Mettan au 31 décembre 2019, le comité du Club suisse de la presse a pris la décision d’engager Pierre Ruetschi, ancien rédacteur en chef de la Tribune de Genève, pour lui succéder. «Journaliste chevronné, parfaitement trilingue français-anglais-allemand, ancien correspondant à Washington, Pierre Ruetschi possède toutes les qualités exigées pour le poste: les qualités de management, la connaissance du tissu économique et politique local et national ainsi que la maîtrise de la politique internationale», relève le comité dans un communiqué.

Il note par ailleurs, que Pierre Ruetschi est «de longue date, à la pointe en matière de réseaux sociaux et de communication digitale après avoir contribué à mettre en place la plateforme internet de la Tribune de Genève et complété ses compétences par un stage récent aux États-Unis».

Pierre Ruetschi entrera en fonction le 1er septembre et travaillera dans un premier temps jusqu’au 31 décembre 2020. Il sera notamment chargé de repositionner le Club suisse de la presse. Son mandat sera ensuite prolongé en fonction des développements futurs du Club. Pendant cette période, et dans le prolongement de la Stratégie 2020 réalisé par le groupe de travail à la demande du canton de Genève en 2019, M. Ruetschi aura en particulier pour mission d’élaborer et de proposer aux partenaires institutionnels du Club suisse de la presse (Confédération, Canton et Ville de Genève), la stratégie de développement et de communication de la Genève internationale et de la place multilatérale suisse auprès des médias classiques, des médias digitaux et des différentes parties prenantes (ONG, Missions diplomatiques, organisations internationales, think tanks, universités). De son côté, Guy Mettan assurera la transition jusqu’à la fin décembre avant d’abandonner ses responsabilités opérationnelles pour se consacrer à des activités d’écriture et à ses divers mandats.

Source: Tribune de Genève / 8 juillet 2019