Transfocyclage

Après « luminartiste », un autre mot de ma création.Celui-ci me semble clarifier la différence entre deux activités. De fait, et compte tenu de l’évolution – au demeurant très positive – dans le domaine du traitement des rebuts, je crois qu’il s’avère pratique.
Ce mot est: « transfocyclage ». Il se différencie du recyclage.

Selon ma perception,- le « recyclage » fait disparaître la configuration d’origine de l’objet du rebut avant réutilisation de la matière sous la nouvelle configuration ainsi obtenue.
Par exemple: transformation des pneus usagés en une poudre, pouvant entrer, entre autre, dans la composition d’un enrobé routier ou d’une matière isolante.- le « transfocyclage » ne fait pas disparaître la configuration d’origine de l’objet du rebut, cet objet étant réutilisé moyennant une adaptation partielle de sa configuration d’origine, en vue d’une nouvelle utilisation. 

Par exemple (vu à plusieurs reprises dans des tavernes): l’utilisation de roues de chariots pour la fabrication de lustres (plafonniers) après fixation discrète d’un câble d’alimentation électrique et de douilles pour ampoules; ou encore l’utilisation de divers objets pour des créations relevant de l’art brut. À ce titre, pensons à la fontaine de Tinguely, à Bâle, pour laquelle Monsieur Tinguely a utilisé, entre autre, des pièces rebutées issues de décors de théâtre. Jean Tinguely, figure de proue des transfocycleuses ou des transfocycleurs, précurseur, par son art, de l’activité de transfocyclage industriel à des fins écologiques? 

Persuadé que, si jamais l’un ou l’autre journaliste avait la possibilité d’utiliser ce terme dans l’une de ses propres publications, « transfocyclage » pourrait s’avérer utile dans bien des activités qui apparaissent à l’heure actuelle. Du point de vue de la phonétique expérimentale, l’aisance de prononçabilité de ce mot ne fait, selon mon expérience, aucun doute. La diffusion d’un mot, en effet, dépend en grande partie de l’aisance de sa prononçabilité, parallèlement à sa réelle utilité.
Si le mot « transfocyclage » trouve grâce à votre conscience journalistique dans le cadre d’un éventuel article traitant du traitement des rebuts, vous pouvez aussi faire part de l’existence de ce mot à l’occasion d’une conversation ordiphonique (adjectif dérivé de « ordiphone », téléphone ayant des fonctions d’ordinateur, en lieu et place de l’anglicisme « smartphone »), ou lors d’une conversation de bistrot durant la pause, à vos ami-e-s ou autres relations.

Avec mes salutations cordiales et solidaires, Noël MuréBâle nomu9@bluewin.ch